Plus on a d’amis sur Facebook, plus on est stressé - PAU 2014

Plus on a d’amis sur Facebook, plus on est stressé
Une étude universitaire montre que les personnes populaires sur le réseau Facebook sont aussi plus anxieuses, car elles doivent gérer leur image auprès de publics très divers. La plupart des étudiants voient le nombre d’amis sur le réseau comme un indice de popularité. Mais cette étude explique que plus on a d’amis plus on ressent du stress.
En multipliant les contacts, on multiplie aussi les horizons auxquels les amis appartiennent. En moyenne, un utilisateur aurait ainsi sept groupes d’amis différents. C’est dans cette diversité que l’anxiété naît. Le stress augmente lorsque les utilisateurs présentent une version d’eux-mêmes inacceptable comme poster des messages insultants ou des photos les montrant en train de boire ou de fumer. De plus avec l’arrivée des parents qui suivraient aujourd’hui l’activité de leur enfant sur le réseau cela se complique. La moitié des employeurs interrogés dans l’étude déclarent avoir déjà renoncé à une embauche de quelqu’un après avoir consulté son profil sur Facebook.
Avant, Facebook était comme une discothèque où les jeunes dansaient, buvaient et flirtaient avec leurs amis. Puis le père, la mère, l’employeur ont débarqué. De sorte que le réseau peut devenir un terrain miné où le moindre faux pas coûte cher socialement.
Une solution simple existe pourtant pour éviter ces situations gênantes. Une solution qui a pour nom «paramètres de confidentialité». Un site américain permet effectivement à ses membres de regrouper les amis par groupe et de choisir quels contenus seront rendus visibles aux différents groupes. Ces quelques minutes d’efforts peuvent épargner les affres du stress!
D’après Quentin Blanc. Décembre 2012.

Vocabulaire

  • Les affres : les angoisses, l’anxiété, la frayeur, le tourment.

QUESTIONS

1. [2 POINTS] Répondez en français en évitant de recopier les phrases du texte (30 mots pour chaque question).
– Pourquoi, selon le texte, les étudiants peuvent stresser sur le réseau Facebook ?
– Selon l’auteur du texte, quelle serait la solution pour éviter ce stress ?

2. [1 POINT] Répondez VRAI ou FAUx et justifiez votre réponse avec des éléments du texte :
– Le réseau de Facebook a des chances de se transformer parfois en un terrain miné.

3. [1 POINT]
– Trouvez dans le texte le contraire de « mourir, disparaître, succomber ».
– Trouvez dans le texte le mot ou l’expression qui correspondent à la définition suivante : « possibilité de travail, engager quelqu’un en vue d’un travail ou offrir un travail à quelqu’un ».

4. [2 POINTS]
– Reformulez la phrase suivante « on multiplie aussi les horizons auxquels les amis appartiennent » en remplaçant les mots soulignés par la catégorie.
– Reformulez la phrase suivante « un site américain permet effectivement à ses membres de regrouper les
amis par groupe » en remplaçant les termes soulignés par un pronom personnel.

5. [4 POINTS] Commentaire sur le texte (minimum 120 mots) : vous commenterez en français les principales idées du texte (l’importance de Facebook, les réseaux sociaux, les contacts sur Internet, la surveillance des parents, les avantages et les inconvénients des communications informatiques, etc.).


+EXÁMENES RESUELTOS

No hay comentarios:

Publicar un comentario en la entrada

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...